Chroniques Matriciennes / Épisode IV: Et si la prochaine crise était celle du numérique ?

Les Chroniques Matriciennes, c'est notre rendez-vous hebdomadaire, l'occasion de donner la parole à différents contributeurs qui nous partagent leur vision de la crise sanitaire afin de la penser ensemble sous un angle social, sociétal ou historique. Aujourd'hui, Éléonore RIDENT, Responsable Design et Julie MOLINIÉ, Designer Multimédia souhaitent questionner notre rapport au numérique et partager la manière dont au sein de Matrice, nous tendons à améliorer nos pratiques vers des choix plus "responsables" .


Logo Matrice
Matrice

Team @Matrice

Le saviez-vous ? Envoyer un mail avec une pièce jointe de seulement 1mo (chose rare!) émet déjà 9 g CO2. Cette année, la pollution digitale a dépassé celle de l’aviation civile.

Le numérique n’est pas la solution miracle dans tous les domaines, en tous cas pas pour notre environnement. En tant qu’acteurs du numérique, nous sommes donc concernés par son impact et en sommes en partie responsables. Alors comment agir et mesurer l’impact du numérique, socialement et environnementalement ?  

L’impact social et environnemental du numérique

Dans la situation actuelle, l’apport du numérique sur le plan social est indéniable. Il nous permet de continuer à travailler à distance, à communiquer plus facilement avec notre entourage, professionnel et personnel. Virtuellement, il nous fait oublier notre solitude et nous lie au monde extérieur. 

Son impact environnemental est quant à lui plus difficile à mesurer. Sachant pertinemment qu’il n’en est pas pour autant moins réel, nous essayons, au sein de notre équipe design et communication, de réduire nos usages du numériques tant que faire se peut, en limitant par exemple l’envoi de mails ou de pièce-jointes, en essayant de fermer nos onglets inutiles, en allégeant au maximums nos images, vidéos etc. Cependant, si nous réfléchissons à nos réseaux sociaux pour lesquels nous ne produisons pas moins de 13 types de contenus (vidéos, podcasts, articles, etc) nous restons confrontées à une difficulté majeure, celle de mesurer l’importance de nos efforts. Jusqu’à quel point peut-on réduire notre consommation énergétique sans risquer de préjudicier la qualité de notre travail ?

Cela nous renvoie à des questions de fond portant sur la valeur et la portée de nos métiers à l’ère numérique. Quelle est la raison d’être du design, de la communication au regard de son impact sur la société et notre environnement ? C’est ce que nous tentons d’identifier.

Soutenir un numérique “responsable” ?

Matrice a comme volonté première d’aider des entrepreneurs d’horizons variés à se connecter à des problématiques sociétales, tout en collaborant avec des entreprises et institutions expérimentées.
Notre accompagnement est avant tout humain : aider chacun à donner le meilleur de lui-même, réunir des profils d’horizons divers afin d’aider au mieux les nouvelles générations à innover différemment, à imaginer des solutions plus durables. Ainsi, nos nouveaux programmes sur la qualité de l’air (matrice Air Data) et sur l’habitat social (matrice Solutions Urbaines) nous permettent d’amener le numérique à soutenir des problématiques environnementales.

La route est longue et nous n’en sommes qu’au début mais Matrice fait aujourd’hui le choix de s’inscrire dans la démarche d’un numérique plus responsable qui :

  • inclut tous les individus
  • refuse la prédation des données
  • aspire à redonner aux individus des clés et non à aspirer leur temps de cerveau disponible
  • s’interroge sur ses impacts sociaux, économiques, politiques et environnementaux à court, moyen et long termes

Et la crise que nous vivons actuellement nous rappelle, plus que jamais, qu’il est important d’agir, de mutualiser nos actions pour construire un futur meilleur, de repositionner la nature au coeur de la réflexion économique pour retrouver des modèles de collaboration plus durables car plus résilients

Mais alors quel est la place du design et de la communication dans tout cela ? 

Le design, à la croisée de plusieurs disciplines, est capable de relier les univers théoriques et les pratiques en répondant à des problèmes de société avec des formes nouvelles, adaptées aux usagers. Au sein de Matrice, notre rôle de designer est à la fois de contribuer à l’ambition de Matrice mais aussi d’en questionner l’impact pour les orienter vers des pratiques plus responsables. 

Côté communication, notre rôle est de diffuser la vision et les valeurs de Matrice, informer notre écosystème et lui donner les moyens de contribuer aussi à ces évolutions, car la route se fait ensemble.

Ce premier état des lieux ne constitue donc qu’un point de départ. La crise que nous traversons actuellement nous rappelle, impérieusement, qu’urgence écologique et urgence sociale vont de pair. Si cet instant suspendu pour l’ensemble de la planète a, tout de même, quelques effets bénéfiques sur le climat, il serait précipité de s’en réjouir car cela ne fait que mettre en lumière les relations de dépendance entre l’économie, la croissance, et cet environnement que nous avons tendance à oublier. 

Le numérique, s’il est utile dans beaucoup de domaines, y compris pour soutenir des actions sociales et environnementales, ne doit pas devenir notre unique outil de repli. Il n’est pas une ressource illimitée et n’est pas énergétiquement autonome. S’il était amené à, lui aussi, subir une crise comment ferions-nous ? 


Julie MOLINIÉ & Éléonore RIDENT


A lire aussi >>> Chroniques Matriciennes / Episode III: Lettre du coronavirus à ses détracteurs

Populaires en ce moment

Newsletter

Restez à la page ! Abonnez-vous et recevez chaque mois le meilleur des actualités et des événements de l'écosystème Matrice !